Les dates anniversaires

Publié le par Fanny

Quand on est accro aux dates c'est comme ça, on se souvient de tout, des plus joyeuses et festives comme les anniversaires de naissances, de mariage, de rencontres, il y a en a aussi de moins heureuses......                  

Je me souviens encore des années collège et lycée où les filles n'oubliaient jamais l' anniversaire d'un premier baiser , rappelé d'abord toutes les semaines, exceptionnellement tous les mois (un exploit!) , pas encore des années sauf pour quelques rares “extra terrestres”!!!. Les filles sont comme ça, elles aiment avoir ces points de repère qui jalonnent le calendrier qu'elles ont dans leur tête car c'est bien là que tout se passe,là que se trouve l'élément déclancheur qui fera d'une journée un moment d'euphorie, parfois de nostalgie ou au contraire une journée de profonde tristesse .Qui d'entre nous ,je parle des femmes bien sûr, les mâles sont à dix milles lieux de ce genre de préocupations, qu'ils ne comprennent pas puisqu' une journée où l'on est d'humeur changeante est le plus souvent attribuée notre cycle menstruel!! .... qui d'entre nous donc ne se fait pas régulièrement la réflexion:” il y a 1,2 ou x années, je faisais ça, il m'est arrivé ceci ou celà”...

Et bien je ne fais pas exception, j'ai aussi mes dates, mes points de repère, mes jours de nostalgie...Je me souviens des dates de naissance de mes filles mais aussi de leur conception (!!!), du mariage mais aussi des fiançailles, du premier baiser (si, si, chéri!!!), des anniversaires de ma famille proche, de mes amis (ça se compliquent parfois avec leurs enfants!), j'ai même fêté l'anniversaire de mon blog, de notre arrivée en Alsace...mais se souvenir des dates ne veut pas dire que chacune représente une fête, il y en de plus douloureuses, qui se gèrent de mieux en mieux avec le temps mais qui provoquent toujours ce pincement au coeur...et aujourd'hui j'ai ressenti ce pincement, le même depuis 17 ans....

Il y a 17 ans j'ai perdu mon héros, il était pour moi un idéal, l'homme le plus fort et à la fois le plus tendre,si protecteur avec les siens,il ne laissait personne indifférent, adulé, adoré mais aussi craint, et c'est ce qui l'a tué...je le croyais invincible...il a été abattu comme un animal, seul, au milieu de la forêt,sur cette montagne qu'il aimait tant... Je me revois encore, rentrant du lycée, mes parents attablés dans la cuisine, les yeux remplis de larmes, j'entends maman articuler péniblement “ton grand père est mort”........pas lui, le pilier, le ciment de toute ma famille...qui n'a pas tardé à s'effondrer comme un chateau de cartes,comme une maison qui n'aurait plus de fondations...

Le temps a séché nos larmes,calmé les esprits et apaisé les rancoeurs mais le vide qu'il a laissé ne sera jamais comblé. Il m'a manqué à chaque évènement important de ma vie, il me manque encore tellement... sa force , son courage, son amour ne cesseront jamais de m'accompagner. J'ai su garder le meilleur, les bons moments, je ne suis plus triste, j'aime me souvenir de lui, même si je n'ai jamais réussi à faire taire la colère face à une mort si violente....

 

Je pense à lui aujourd'hui et je lui dédie ces quelques lignes....ainsi qu'à mon meilleur ami, décédé accidentellement 2 ans plus tard, presque jour pour jour...

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort             F.Nietzche
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article